Poster Mutinerie Coworking

Design d'information

Travail réalisé pour l’espace de coworking Mutinerie Paris.
1) récupérer et analyser les deux questionnaires finalisés
2) travail de tri et de structuration des résultats de l’analyse afin de représenter visuellement les réponses

Ce poster a fait l’objet d’un article publié sur LinkedIn.
Le voici retransmis ici :

L’analyse au service de la visualisation de données

J’aimerais vous présenter ici une partie invisible du travail du datavisualiste et pourtant primordiale : l’analyse de la donnée brut, le « décortiquage » qui permettent de structurer des données en fonction, toujours, d’une cible (ou destinataire), d’une problématique et des enjeux qui sont derrière.

J’ai travaillé en décembre dernier pour Mutinerie Coworking, espace de travail collaboratif à Paris. Ils ont fait un sondage auprès des Mutins, leurs coworkers. Leur demande était de représenter visuellement les réponses afin d’avoir une photographie de leur population. Tout l’enjeu était donc de décortiquer les sondages, choisir quoi montrer et rendre les résultats de manière attrayante et que ce poster participe à la perpétuelle évolution du lieu et des gens qui l’animent et y travaillent.

Ce que j’ai reçu comme données pour arriver à cela, ce sont deux questionnaires d’une trentaine d’items chacun environ. Et mon premier rendu au client, ça a été un word, classique, avec les données traitées et ordonnées. Ils ont étudiés ces données triées et classées, puis ont pu me faire une sélection de ce qu’ils voulaient voir mis en forme en fonction du message à faire passer.

Avoir à trier et structurer la donnée permet de mieux se l’approprier et de mieux y rester fidèle dans le rendu final. Ça permet aussi de commencer à voir, au-delà des chiffres et des concepts à représenter, ce qui se dessine et prend forme : le message à faire passer visuellement. L’idée de la forme finale, en plus des contraintes déjà définies (charte graphique, couleur, typo, format …), arrive dès le début de l’analyse des données. Les données en elles-même portent des contraintes et la réponse à la problématique posée : la forme visuelle doit uniquement accompagner cela et non brouiller le message et les enjeux. La mise en page des données est complètement liée à la présentation des données et accompagne le sens. D’où l’importance de maîtriser les règles de la mise en page et du graphisme.

J’espère que ce petit article vous permettra de faire la différence entre représentation de la donnée (j’analyse et présente la donnée) et illustration de la donnée (je dessine et mets en page). Ces deux aspects du design d’information ne servent pas aux mêmes finalités et ne répondent pas aux mêmes besoins du client.